Peña Montañesa par la Faja Toro

Je m’accroche, je m’agrippe, je me cale, je freine !

Ça n’est pas vraiment très raide mais sans les buis, les pierres, les quelques arbres, descendre dans ce couloir qui donne sur le vide serait un peu impressionnant.

Peña Montanessa, Faja Toro.

La direction du couloir est à peine marquée d’une vieille flèche rouge à moitié effacée où l’on devine plus qu’on ne voit les 4 lettres T.O.R.O. Mon altimètre indique 1570. Bernard est déjà venu une première fois et nous a suggéré d’emprunter cette voie. Il cherche un semblant de sentier qui donne la direction générale. Au moment de nous engager dans ce qui parait être le bon couloir de descente, une autre flèche confirme notre choix. Que la fête commence !

En réalité, Véro, Dominique, Jean-Pierre ou moi, restons pour le moins concentrés et un tantinet inquiets… il ne faudrait jamais lire les commentaires sur Internet…

Après 2 culs de sacs dont le fond se trouve 30 mètres plus bas, nous naviguons sur une des trajectoires qui permettent de prendre pied sur la Faja Toro, au bas d’un grand éboulis qui en marque le début.

Voie normale de la Peña Montanesa, on aperçois la Faja Toro sur la gauche

Descente vers la Faja Toro

 

Départ du pierrier

 

Dans le pierrier

 

Un des passages les plus étroits

 

Globalement, la Faja Toro se parcours en montant

 

Sensation d’aventure, d’espace sauvage

 

a-t’on vraiment besoin de cairns?

Le cheminent continue jusque sur la face Nord

Le sommet commence à se dévoiler sur le centre gauche

 

Près de 2 heures de cheminements seront nécessaires

 

Près de deux heures durant, nous parcourons ce sentier bien marqué jusqu’au Canal Mayor. Dès le début, nous côtoyons les grands voiliers des airs le long des à pics vertigineux. Les vautours fauves surfent la vague invisible, semblent parfois venir vers nous, toutes serres dehors comme pour nous impressionner. Parade amoureuse peut être tant ils volent près l’un de l’autre semblant former des couples. Ils ondulent, piquent franchement ou bien passent nonchalamment sans plume bouger à notre hauteur et vont se perdre derrière les murailles qui cachent encore notre cheminement

Des bancs de choucas bruyants crient croassent crèvent le ciel, noire vision.

La faja Toro déambule entre rochers, arbres, buissons, coussins de belle mère et buis. Nous rencontrons quelques filets d’eau parfois, encore un peu de neige aussi et quelques fleurs dont les premiers parfums annoncent le printemps. Enfin.

La faja continuera après le Canal Mayor mais nous déciderons de rejoindre la voie normale par une trajectoire où mettre les mains sera parfois utile. Nous serpenterons entre quelques arbres, traverserons quelques patchs de neige avant d’aboutir au niveau de panneaux de bois indiquant les directions et visiblement tout neufs.

Dans le Canal Major entrain de rejoindre la voie normale

 

De là, atteindre le sommet ne serait que formalité si nous n’avions laissé un peu de jus à parcourir cette élégante trajectoire.  Une corniche bien dessinée nous y attend ainsi que 3 étudiants de Lerida profitant d’un jour de relâche sans cours.

Le Club des 5 au sommet après 4h15 de plaisir. Bernard, Véro, Dominique, Jean-Pierre et Gilles

 

La vue y est magnifique vers le Nord-Ouest en direction du Monte Perdido, des Sestrales et du Castillo Major. Presque à nos pieds, vers le sud-ouest s’étend le long et vert lac de L’Ainsa.

La descente se révèlera tout aussi intéressante car nous oublierons vite la voie normale pour emprunter la Faja Alta, autre vire d’altitude mais plus facile à atteindre. A notre grande surprise, elle sera finalement encore plus esthétique que la faja Toro que nous apercevrons de temps à autres en contre-bas la rendant plus impressionnante depuis ce balcon naturel.

Dans la Faja Alta avec encore un peu de neige

 

La Faja Toro vue depuis la Faja Alta

 

Panoramique depuis le Faja Alta

Nous retrouverons, non sans mal, la voie normale à l’endroit même où, vers 1600 mètres,  elle franchi le premier ressaut.

Il fait chaud à présent et il nous faudra une heure de plus pour rejoindre le véhicule. Retour à Ainsa par l’ancienne route d’accès. Nous partagerons alors une bière conséquente sur la plus grande place médiévale d’Espagne avec Christine et Olivier qui ont fait relâche. En réalité, leur jour de repos aura été du type « Tour de France ». Récupération active avec un petit 900 mètres de dénivelée à comparer à nos 1360.

La Faja Toro se dessine au quart supérieur de la paroi

 

Cette course, par son esthétique et son caractère se rapprochant des voies d’aventures va sûrement me donner quelques idées …/… à suivre

Un demi…c’est un demi

 

Ce contenu a été publié dans Randonnées. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *