Changeons de sujet

Alors voilà! Il y en a, surtout un, qui me disent que je fais part de mes fantasmes féminins, et les argentines par ici, et les sourires par là…

Ben oui, je vis une « parenthèse inattendue », mais voulue. Je suis un peu dans le monde des Bizounours. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Je vis au jour le jour,  au fil du temps, je souris, et j’en profite

Ah, je parle trop des filles donc! Bon, ne comptez pas sur moi non plus pour vous dire qui m’a fait ce commentaire. C’est un ami, et je ne trahis pas mes amis.

 C’EST RAYMOND.  

Ah tu en veux du mâle. Tu vas en avoir.

Moi qui voulais vous parler de ma journée, je vais changer de sujet. Mais quand même, si vous faites un jour l’étape « La Guingueta d’Aneu – Ribera de Cardos » dans ce sens, faites gaffe, le cheminement du GR11 est parfois très difficile à lire sur le terrain.    

À nous deux mon ami, donc.

Mars 1988, Gisborne, Nouvelle-Zélande.

Dans un nuage de poussière soulevé par son énorme quad, il arrive, entouré de sa horde de chiens. Du haut de ses 1,90 m et 106 kilos il me salue et me tend la main. Je n’ai jamais vu une main d’une taille pareille. Ian Kirkpatrick est un géant, non seulement par ses mensurations mais aussi par sa carrière. Née ici, dans la Powerty Bay, découverte par le Capitaine James Cook lui même, j’ai devant moi un autre vrai Capitaine.

Par 9 fois durant ses 39 sélections, Ian Kirkpatrick a commandé les All Blacks de Nouvelle-Zélande. Premier match international contre la France. Ça crée des liens.

Ça va jusqu’ici mon Raymond? Il n’y a pas trop de filles, de sourires? En plus, le rugby, ça te connait tu as été entraîneur, non?

Ian est vraiment impressionnant, et d’autant plus, quand on connaît son passé. Nous faisons d’ailleurs tous, plus ou moins ce complexe en la présence de gens connus,  reconnus ou célèbres. Je peux vous assurer que, pour la grande majorité de ceux que j’ai rencontrés, ils ne font, eux, aucun complexe de supériorité.

Ian est à present éleveur de moutons et les moutons, en Nouvelle-Zélande,  il y en a autant que des français en France. D’ailleurs, l’inverse est vrai,  des moutons,  en France, il y en a autant que des  néo-zélandais dans le « Pays du long nuage blanc ». Aotea Roa comme la nomment les Maoris.

J’essaye quand même de le brancher rugby et il finit par m’avouer qu’il venait de terminer la dernière bouteille de Cognac qui lui restait. Elle était signée par tous les joueurs de l’équipe de France de l’époque, Dauga en tête.

Voilà, c’est tout, mais j’avais envie de raconter un jour cette petite anecdote de ma vie.

Au fait, mon Raymond, sais-tu pourquoi j’ai choisi  justement celle-là aujourd’hui?

La Nouvelle-Zélande est le premier pays au monde à avoir accordé le droit de vote… aux femmes.

Allez,  un petit sourire?

Ce contenu a été publié dans HRP 2013. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *