Les vraies étapes de la traversée

Il a plu toute la nuit. Bien au chaud dans mon duvet mais en équilibre sur une table, j’étais bien au sec. C’est là que l’on voit la puissance d’un 6 eme sens qui t’empêche de tomber lamentablement en contre bas sur le banc en béton, les bras coincés ne pouvant enrayer la chute. J’ai mal dormi. ..mais longtemps. Dans la nuit,  on apercevait les lumières des villes côtières. J’entendais surtout le bruit de la pluie sur la bâche du chapiteau sous lequel nous avions trouvé abris. Mais quel plaisir quand même que ce crépitement pareil à des vagues lancinantes qui te bercent pour t’endormir à nouveau alors que tu viens de te réveiller pour la centième fois. Nous avons dû attendre 9 heures avant de pouvoir nous mettre en route. De Rhune plus question. Aucun intérêt par ce temps incertain. Nous empruntons une variante dite « peu élégante » par le guide Veron, mais au diable les remords. Déjà au bout d’une heure et demi de marche, il nous faut nous abriter…2 heures! Tout ira mieux une fois le GR11 rejoint,  il suffit de suivre les marques. Mais nous sommes très en retard sur ce que nous pensions accomplir. Vers 15 heures, nous avisons une ferme et demandons s’ils connaissent un endroit pour passer la nuit car il est clair que nous n’arriverons jamais a Arizkun. Une demi heure plus tard, nous atteignons la bergerie indiquée. ..pour nous apercevoir que ça ne vas pas le faire. L’endroit est un lieu que seules les brebis peuvent laisser dans cet état. A ce moment précis, alors que nous voyions pas d’issue, passe un berger sous un grand parapluie (ela ela eh eh eh…). Il nous indique sa bergerie un peu plus loin. Elle présente l’avantage d’avoir une partie recouverte de paille et séparée des moutons. Havre de paix pour moi qui installerais ma tente afin de me couper du vent. Kepa dormira mal et xixku, son chien, du tout! Imaginez un chien dans bergerie. Les brebis entrent, sortent à grand renfort de clochette et de meeeh quand le petit cherche sa mère et de mooooh quand la mère cherche son petit. Puis un chien, ca a des puces. Ça leche ,ca gratte, ça cherche à les attraper avec les dents la gueule ouverte en soufflant afin de pouvoir respirer. Bref, ça t’emmerde toute la nuit, un chien dans une bergerie.

Ce contenu a été publié dans HRP 2013. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *