Objectif Lune

La plupart du temps, je trouve l’idée pour mon article du jour tout en marchant. Parfois, seulement une fois arrivé à l’étape. Cette fois, je la tiendrai avant même de me réveiller! Étonnant,  non?

Manifestement, je suis un très bon joueur de foot. Toutes les balles passent par moi et je réussis à peu près tout ce que je tente. Je joue à très haut niveau,  apparemment en équipe de France. Soudain, le ballon vient vers moi et je m’apprête à tirer; je sais que je vais marquer mon premier but! Mais je n’arrive pas à bien me positionner, le ballon ralentit même pour me laisser le temps! Et je shoote!

Je ressens alors une vive douleur sur les orteils du pied droit…et je me réveille! Je suis emmêlé dans les draps et ai du cogner le mur en me débattant.

Je décide alors de me lever et rate (aussi) l’opération…je tombe du lit et, en essayant d’enrayer ma chute, donne un grand coup de poing à Paul qui dort à côté.

Voilà comment commence ma 26 ème journée de marche et comment aurait put se terminer la traversée si je m’étais vraiment fait mal. Je n’imagine même pas le titre de l’article!!!

Vous allez trouver ça très téléphoné, mais j’ai immédiatement pensé au Capitaine Haddock dans « On a marché sur la Lune » s’étalant comme toujours et disant: « on n’est vraiment bien que sur cette bonne vieille Terre ».

Je vais vous parler de l’enfant de la Lune.

Je vais bientôt avoir 15 ans. Je ne me souviens pas très bien mon sentiment vis à vis de la conquête spatiale avant ce jour décembre 1968. J’ai bien vu un amerissage de capsule Gemini, ai entendu parler de Spoutnik et Gagarine et ai le vague souvenir d’avoir construit une capsule spatiale dans laquelle je jouais.

Mais, tout changea le jour du décollage du vol Apollo 8. La destination en était la Lune et mon esprit en fût marqué à jamais. Bien sûr je ne me rendais nullement compte que la conquête de la Lune était un objectif purement politique décidé par JF Kennedy pour prouver au monde la supériorité des US sur l’Union Soviétique. Pour mon esprit d’adolescent, l’Homme avait un dessein plus grandiose.

Comme ce vol coïncidait avec les vacances de Noël, j’arrivais à en suivre l’intégralité car les chaînes de TV ne manquaient pas d’en parler abondamment.

Il est difficile de se remettre dans le contexte de l’époque. L’homme sur la Lune était un rêve impossible pour monsieur tout le monde. C’était l’extraordinaire qui se profilait, le peut être possible.

Apollo 8 marquera l’Histoire. Quand, 3 jours après le lancement, le vaisseau spatial se mettra en orbite lunaire, les 3 astronautes abordent d’abord la face cachée. Chacun est afféré à sa propre tâche quand soudain, Bill Anders, le pilote, s’aperçoit que la Terre est en train de se lever dans le ciel lunaire. Il saisit son appareil photo et prend alors ce qui sera l’une des photos icône du XX ème siècle.

Un lever de Terre sur le fond noir d’encre de l’univers avec, au premier plan, la surface désolée de la Lune. Le contraste est saisissant. La planète Bleue semble être un havre de paix dans l’immensité de l’espace. C’est ce jour-là que l’homme se rendra compte de la beauté de sa petite planète et prendra conscience de la nécessité de la protéger.

Je suis par ailleurs subjugué par le côté technique et en premier lieu par la fusée lunaire Saturn V. Elle est purement gigantesque: 111m de haut, 2700 tonnes.

Comme j’ai un peu de temps en marchant, je vous ai calculé une petite analogie. Une fusée, c’est 90% de carburant et ce qui revient sur Terre, après un vol sur la Lune est…insignifiant.

Imaginez que vous partiez en vacances dans votre voiture qui, chargée pèserait 1500 kg. Votre réservoir, à la place de peser dans les 100 kg, devrait en faire plus de 1300 kg, la vitesse maximum que vous devriez atteindre serait non pas de 35 m/seconde mais de 11000 m/seconde. Et puis, sur la tonne et demie qui serait partie, seulement 1kg en reviendrait et sur ce kg, le poids des passagers serait de 50 grammes.

Toujours décidé à partir en vacances?

Si vous voulez vous rendre compte du gigantisme, vous avez deux solutions.

Vous allez directement sur YouTube et cherchez « Décollage Saturn V » ou un truc dans le genre.

Mais il y a  beaucoup plus fun.

Vous aimez « The Police »? Moi oui. Nous avons même vu Sting voici un an aux Déferlantes d’Argelès sur Mer. Il passait juste après Shaka Ponk et je craignais un peu que ses débuts ne soient difficiles tellement le public était chaud. Shaka Ponk, ça envoie du lourd!

Sting est rentré sur scène avec sa guitare. Il a salué le public, s’est arrêté un instant et à juste joué  un accord. Et les 3000 personnes ont chanté d’une seule voix :

Mes-sa-gin-a-boooootle

Whaou…un seul accord. J’en frissonne encore.

Et le rapport avec la fusée lunaire?

Justement, regardez donc le clip de « Walking on the moon », The Police l’a tourné devant l’une des 2 Saturn V qui restent de cette époque.

J’ai eu l’occasion de voir celle qui se trouve au Kennedy Space Center en Floride mais celle dont je parle est à visiter au Johnson Space Center de Houston.

Bon, là, je vais faire comme Hergé.

Vous connaîtrez la suite, demain ou un autre jour, dans :

« On a marché sur la Lune »

Ce contenu a été publié dans HRP 2013. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Objectif Lune

  1. mpaule dit :

    en fait gilles tu y étais dans la lune …
    et tu ne nous rien de ton étape
    en fait tu es arrivé où ce soir?
    mp

  2. gilles dit :

    Ahaha réflexion bien Terre à Terre (je sais elle est facile).
    Je flâne, je flâne. Avec toutes les visites en cours, je zigzague un peu. Je suis donc à Areu et espère entrer en Andorre mercredi. Ce week-end aux Bouillouses en principe si le temps continue au beau et par la HRP cette fois. Ciao, c’est comment l’Italie?

  3. mpaule dit :

    merveilleux comme d’habitude!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *