Rencontres

« Ça va, mais la difficulté se situe sur la frontière avec l’Andorre. Que de neige! « . Inlassablement, toutes les personnes que je rencontre me rabâchent le même refrain. C’est à présent entendu, il va y avoir de la neige à négocier dans les prochains jours. Mais bon, je suis serein, je n’ai pas d’inquiétude particulière.

Je commence effectivement à rencontrer des randonneurs qui font le GR11 dans le sens Méditerranée – Atlantique. Il est vrai qu’il m’est plus difficile de rencontrer ceux qui me suivent ou me précèdent!

Aujourd’hui, j’ai abouti à Tavascan. Je suis avec Caro, Yves et Paul et 6 autres nous rejoignent mardi. Ensuite, je continuerai seul en retournant sur la HRP, si le temps le permet.

Je commence donc à rencontrer, certes brièvement, ceux qui viennent de passer les difficultés qui m’attendent.. et je présente le même intérêt pour eux.

Ce matin, un Catalan qui semblait heureux et parfaitement dans sa peau. Il m’informa qu’il était parti, non pas du Cap Creus, le vrai début du GR11, mais de chez lui, plus au sud et avait ensuite rejoint Cadaques avant de débuter.

Plus loin et plus fatigué, un étudiant Erasmus en médecine, de Barcelone. Sûrement doué pour les études mais pas trop pour faire son sac à dos! Un énorme bâton en bois à la main, un sac de couchage incompressible accroché je ne sais comment et une tente genre « je m’ouvre en 3 secondes mais il faut 3 heures pour me replier ». Je n’ai rien contre ces tentes là sauf qu’elles pèsent le double du raisonnable pour amener en montagne. Personne très sympathique au demeurant qui espérait continuer jusqu’en Bretagne une fois l’Atlantique atteint. Bon courage!

Le souci en ce moment est dû aux orages qui se déclenchent parfois dès 14 heures. Nous sommes passés aujourd’hui avec un peu de chance et juste 4 gouttes. Quelqu’un croisé sur le chemin me raconta qu’il était arrivé hier à un refuge à 9h30 justement pour être sûr de passer avant les orages. Il trouva là un jeune homme encore épouvanté de son expérience de la veille. Mauvais endroit au mauvais moment. Près d’un col en pleine tourmente, éclairs et grêle, il n’arrivait pas à s’en remettre.

Voici 5 jours, j’ai croisé Rafael Nadal! Enfin, son sosie… ou presque. Morphologiquement le même avec une grosse ressemblance du visage. Nous nous sommes rencontrés au refuge de Colomers. Il était sur le Caroc de Foc.

Ce parcours de 65 kilomètres et de 10 000 mètres de dénivelée visite les 9 refuges des Encantats. Vous pouvez le faire quand vous voulez et dans le temps qui vous convient mais les meilleurs le bouclent en moins de 10 heures!!! Oui, je sais, ça paraît invraisemblable; et pourtant.

Rafael (!) le faisait en deux jours ce qui paraît déjà impressionnant au vu des conditions de neige. Il en était à la moitié de son premier jour et avait l’air déjà pas mal entamé. J’ai pu le renseigner sur ce qui l’attendait et nos chemins se sont séparés.

Ces quelques rencontres me font voir combien les gens paraissent heureux de marcher. Certains me disent partir tôt afin d’arriver à l’étape, d’autres n’ont aucune préoccupation, ils arrivent où ils arrivent quand ils arrivent.

Un salut de Tavascan puisque c’est là où je suis arrivé ce soir!

Ce contenu a été publié dans HRP 2013. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Rencontres

  1. Marina dit :

    Tu en as fait une bonne moitié déjà !! Bon courage pour la suite !
    Un gros bisous d’encouragement de nous 4 (Lisa, Mathys, David et Marina)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *